Comprendre et assumer sa différence

Philippe est une personne que j’ai reçue il y a deux ans lorsqu’il était en réflexion pour ouvrir une entreprise dans le domaine mécanique.

Il me révéla à travers nos entretiens, une chose qu’il semblait porter comme sa croix :  « je vais créer mon emploi car je n’ai jamais trouvé ma place en entreprise ».

En effet, avant cela, Philippe allait d’entreprise en entreprise, d’expérience en expérience et ne pouvait jamais tenir en place. Tout lui paraissait inconfortable au bout de quelques mois : hiérarchie trop pesante, pression trop forte du chiffre (il était commercial), incompatibilité d’humeur avec ses directeurs…

Il semblait désolé d’être aussi associable et instable. Il souhaitait donc arrêter de tourner en rond dans sa vie et souhaitait se « caser » enfin dans un projet où il n’aurait de compte à rendre à personne : son projet de création d’entreprise.

Cet inconfort dont parle Philippe est celui qui tiraille bon nombre d’entrepreneurs en puissance. Comme le dit si bien l’économiste Joseph Schlumpeter, l’entrepreneur est une personne qui ose la nouveauté, l’innovation quitte à rompre avec le conformisme ambiant.

Mais celui qui ne se sait pas encore entrepreneur, a des aspirations qui gênent son entourage et le gênent car il ne rentre pas dans les cases du système :

  • il n’accepte pas la hiérarchie (pourtant reconnu par la très grande majorité des gens comme la « normalité »),
  • il a beaucoup de mal à se plier aux diktats des horaires de travail et veut choisir lui-même ses propres horaires (même si cela consiste à se lever à l’aube et à se coucher 3 ou 4 heures après tout le monde),
  • il n’hésite pas à changer de crèmerie dès que le malaise se fait sentir, se faisant étiqueter d’instable,
  • il se met dans l’inconfort préférant vivre libre… sans congés, qu’enchaîné avec pour seules carottes 5 semaines de congés payés, quelques RTT, des primes de participation et d’intéressement, un CE…
  • Il se met également en danger ponctionnant lourdement ses économies pour créer et vivre de son maigre salaire de départ

Bref, le créateur, s’il est dans de beaux draps, c’est bien parce qu’il l’a choisi ! « On » n’a pas arrêté de le prévenir !

Difficile donc de sortir des sentiers battus dans une société où :

  • les CDI sont autant plébiscités,
  • la règle du « métro, boulot, dodo » fait de vous un Travailleur « Normal » ,
  • la sécurité est de rigueur et non la prise de risques
  • « Avoir » et bien plus important qu’ « Etre » car nous sommes tous jugés à ce que nous possédons et non à ce que nous avons gagné en richesse intérieure et en accomplissement personnel.

…sans un moral d’acier !

Non, Philippe n’est pas seul à ressentir cela et il était enfin soulagé de le savoir ! Bon nombre de créateurs connaissent le même ressenti et aspirent à vivre une vie différente de celle que la plupart des gens nous donne en exemple.

«La créativité et le génie ne peuvent s’épanouir que dans un milieu qui respecte l’individualité et célèbre la diversité »

Tom Alexander
Que les meilleurs gagnent !
Comment trouver une idée d’entreprise